lundi 24 septembre 2012

Pierre Brossolette, par Eric Roussel

Des rues, des stades, des écoles portent son nom, sans que bien souvent nous n’en connaissions la raison. De la résistance intérieure française au cours de la seconde guerre mondiale, l’Histoire a surtout retenu le nom de Jean Moulin. Mais il ne faudrait pas oublier ou négliger celui de Pierre Brossolette.

Son engagement dans la résistance n’a pas été le fait d’une opinion politique comme l’était celui des communistes à partir de la rupture du pacte germano-soviétique en juin 1941. Il n’a pas non plus été le fait d’un patriotisme intransigeant comme l’était celui du Général de Gaulle dès juin 1940. Pierre Brossolette a semblé vouloir s’engager par principe. Simplement parce que le parlement avait piétiné la Constitution de la République en votant les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940.

lundi 23 janvier 2012

Tais-toi et pardonne, de Laurent de Villiers

Le crime serait double: Un jeune homme aurait violé son frère cadet à plusieurs reprises. Leur famille aurait pris le parti du silence.

A travers ce témoignage, Laurent de Villiers livre sa vérité du feuilleton judiciaire qui égrène l’actualité depuis qu’il a décidé de déposer plainte contre Guillaume, son frère ainé, pour des violences sexuelles subies durant son enfance. Il revient sur ses origines, sur sa famille, sur la religion, sur la carrière et l’ambition politique de son père. Il livre un certain nombre de clés qui sans proposer une généalogie explicite des faits viennent lourdement mettre en cause l’éducation qu’il a reçue, notamment pour son versant intégriste. 

jeudi 19 janvier 2012

Le rabaissement, de Philippe Roth

La vie comme parcours ontologique n’est pas une ligne droite faite de points rigoureusement alignés et portés vers un sommet. Elle n’est pas non plus une courbe ascendante axée vers l’excellence de manière asymptotique. La vie envisagée à l’échelle de l’individu est bien souvent une courbe sinusoïdale, faite de hauts et de bas, un parcours en dents de scie, fait de ruptures brutales, de rebonds et de soubresauts. L’excellence reconnue ne dure pas. Chaque individu, aussi talentueux soit-il, connaît une acmé plus ou moins longue et prononcée, qui inexorablement le portera vers le déclin de sa condition et de son image. Toute la question est de savoir ce que chacun peut faire de la période de creux qui succède à sa réussite.