vendredi 16 décembre 2011

Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan

La famille est certainement un repère essentiel de l’organisation de notre société. Mais est-elle toujours la meilleure source d’émancipation et d’épanouissement pour les individus qui la composent ? Un comportement déplacé, malsain ou franchement condamnable entre membres d’une même famille peut-il avoir des répercussions sur les générations suivantes ? Sommes-nous condamnés à subir puis reproduire les errements de ceux qui nous précèdent ou notre rapport à nos enfants peut-il au contraire se détacher de ces aspects et se construire selon un libre-arbitre franc et assumé ?