dimanche 27 novembre 2011

Avant le silence des forêts, de Lilyane Beauquel

L’horreur de la guerre peut se dire d’autant de manières qu’il y a d’auteurs pour l’écrire. On voudrait la dire instinctivement par des cris ou dans un sanglot étouffé, pour exprimer le caractère tragique et déchirant de ce qu’elle accompagne : la peur, les blessés, l’angoisse, la Mort, les morts. L’horreur de la guerre chuchotée par Lilyane Beauquel dans Avant le silence des forêts, trouve une tonalité inédite, drapée dans un style complet, poétique et particulièrement doux. L’horreur de la guerre de Lilyane Beauquel est une longue et douloureuse poésie.