mercredi 31 août 2011

Le fil de la vierge, de Mélina Darcam et Mireille Jambu

En matière de psychiatrie, qu’entendons-nous par maladie ? Où se situe la frontière entre le normal et le pathologique ? La notion même de norme a-t-elle un sens à propos de l’humain, de son esprit ou de son animation ? Qui est normal ? Qui est malade ? Qui ne l’est pas ? Une jeune femme bipolaire livre un témoignage sur ces questions avec Le fil de la vierge, un ouvrage d’autofiction écrit à quatre mains avec sa maman, témoin malgré elle de cette maladie et de ses effets. 

A la lecture de ces lignes et des écrits réalisés avant, pendant, ou après un épisode maniacodépressif, le sentiment premier reste pour le lecteur du fil de la vierge un état de forte tension, la sensation que le sol peut à tout moment se dérober sous les pieds de la principale narratrice. Et la question de la séparation du normal et du pathologique trouve sa solution dans les notions de souffrance et de danger. Danger pour soi. Danger pour les autres. Ce qui peut manifestement justifier une hospitalisation à la demande d’un tiers, la prise en charge par le corps médical parfois contre son gré de la souffrance d’un être humain parce que cette dernière ne semble pas pouvoir se passer du soutien ou de l’intervention de la société. La psychiatrie ne devrait être que cela. Généreuse.

Ce qui frappe particulièrement à la lecture de cet ouvrage, c’est le ton de Mireille Jambu, la maman de la principale narratrice. On imagine les questions qui peuvent traverser l’esprit d’une mère au constat de cette maladie chez sa fille. Que lui ai-je transmis ? En quoi suis-je responsable ? Quelle part de son vécu a contribué à rendre ma fille malade de ce trouble ? Le questionnement, l’incompréhension, la souffrance sont palpables. Mais ce qui marque vraiment, c’est le soutien inconditionnel, le quoiqu’il-arrive, le quoiqu’il-en-soit, le quoiqu’on-en-dise. Rien manifestement ne pourrait détourner Mireille Jambu de son soutien à sa fille. Un instinct maternel cristallisé par l’adversité. Un beau témoignage.


4 commentaires:

  1. Des sujets qui me passionnent et donc, un livre qui me donne très envie!

    RépondreSupprimer
  2. Un très bon résumé de ce livre.

    RépondreSupprimer
  3. Un double témoignage fort et poignant. Un livre référence dans le domaine.

    RépondreSupprimer
  4. Entre rires et larmes; un très bon apperçu de ce que doivent vivre les malades ainsi que leur entourage.
    Je l'ai acheté et je le recommande, surtout aux familles qui cherchent à comprendre et souhaitent avoir une première approche sur la maladie!
    Un grand merci à Mireille et Mélina pour nous avoir offert une part de leur histoire si touchante!
    Britanie.

    RépondreSupprimer