dimanche 3 avril 2011

Le fils, de Michel Rostain

Le fils, c’est celui de l’auteur. C’est aussi - plus surprenant - le narrateur du récit. Dans ce premier livre, Michel Rostain fait dire par son fils le deuil de ceux qui l’ont aimé, et qui l’ont vu disparaître à vingt-et-un an à la suite d’une méningite foudroyante.


Le récit retrace donc les quelques jours qui précèdent la disparition de Lion, le fils. Il décrit aussi les quelques jours qui la suivent. Il raconte l’enterrement : sa préparation, son déroulement, il dit le sentiment de son père, fait d’incompréhension, de culpabilité, de colère, d’injustice. Il dit le deuil, les larmes, la quête de sens, de symboles, la mémoire. Michel Rostain met des mots sur son épreuve. La vocation est cathartique. En soi cela témoigne d’une très grande force. Amor fati, disait Nietzsche. Et Michel Rostain fait une œuvre. Avant lui Victor Hugo avec Les contemplations, en hommage à sa fille Léopoldine disparue noyée dans la Seine.

On imagine facilement la difficulté qu’aurait eue l’auteur à écrire son livre à la première personne du singulier. Comment dire la souffrance la plus extrême en parlant de soi ? Comment dire l’indicible ? Quels mots choisir ? Ils ne seraient probablement jamais assez puissants. La ponctuation non plus ne suffirait pas. En écrivant à la troisième personne du singulier, Michel Rostain passe du sujet à l’objet et rend son récit accessible à ceux qui - comme le narrateur - ne connaissent pas sa douleur dans son intimité, mais tentent de se l’imaginer. Le récit en ressort apaisé, accessible, drôle par moment, ce qui n’interdit pas l’évidence de la tristesse et du deuil : Entre les lignes on entend un cri, un déchirement, et on pleure avec l’auteur.

Faire de son fils le narrateur de son récit témoigne aussi de l’espoir métaphysique de Michel Rostain. S’il peut narrer le deuil de ses parents, c’est que de fait son fils est encore là. Sous une autre forme, immatérielle, mais il est là et il observe ses parents. En cela, c’est aussi un livre d’espoir. C’est une leçon. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire